30 Millions d’amis

par bloodycristal

Nos meilleurs amis,

 

Certes même si cela est « prouvé » que les animaux ne pensent pas, ne parlent pas, est-ce la une raison d’avoir tous les droits sur eux?

L’animal est bien plus qu’un « meuble » tel que le code civil le dépeint (art 528). Qu’est ce que l’homme ferait sans animaux? Tout d’abord utilisés pour survivre notamment pour la chasse, le transport, l’agriculture… 

Aujourd’hui l’animal est de »compagnie » mais pour moi c’est bien plus. Un animal fait parti intégrante de la famille dans laquelle il vit. Sa perte serait donc la perte d’un membre de cette unité. On pourra toujours dire que l’animal est moins intelligent que l’homme on peut néanmoins en démontrer le contraire. 

Là où il y a une flagrance différence c’est que l’animal ressent l’émotion dégagée par l’homme. D’où le fait qu’il ressent son stress, sa bonne humeur, sa tristesse ou même sa colère. A l’inverse des hommes l’animal n’a pas besoin de mot pour traduire des émotions un simple regard, une simple présence suffit. 

Ainsi, les personnes qui abandonnent leurs animaux ne comprennent-ils pas qu’ils abandonnent un membre de leur fratrie? Non-ils tout simplement rien compris, ne ressentent-ils rien? Les animaux sont-ils pour eux de simples « meubles » tels qu’ils sont dépeints dans le code civil, dès qu’ils prennent trop de place ils finissent sur le trottoir ou à la décharge?

Les gens qui maltraitent leurs animaux, qui les abandonnent se sont -ils déjà imaginés ce que l’animal pouvait ressentir? Ont-ils même pensé que l’animal pouvait ressentir des choses et s’être attaché à eux malgré tout? Malheureusement non.

[A la différence de l’homme l’animal pardonne]

[L’animal est plus humain]

Souvent l’animal choisi une personne « un maître » même si je n’aime pas ce mot qui laisse transparaître une relation inégale en matière de rapports de force. je dirai plutôt qu’il choisi un référent. Il se crée entre l’homme et l’animal un lien qui ne saurait être décrit cependant, je peux l’illustrer par un faits divers qui m’a beaucoup touché. 

Un homme d’une soixantaine d’années avait été foudroyé son chien l’a alors traîné sur 100 mètres jusqu’à chez lui afin que quelqu’un le trouve et appelle les secours. 

L’homme et l’animal forment un tout.

L’animal a tout de suite su qu’il fallait sauver son maître. Il savait que s’il le perdait il perdrait alors une partie de lui. 

Cet article n’est qu’une ébauche, un début de réflexion qui pourra donner lieu à des pages et des pages de débat.

Quand je suis rentrée à l’école, ils étaient là. 

Quand j’ai soufflé mes 20 dernières bougies, ils étaient là.

Quand j’étais triste, ils étaient là.

Quand j’avais besoin d’être réconfortée, ils étaient là.

Quand j’ai eu des chagrins d’amour, ils étaient là.

Quand je pensais la vie injuste, ils étaient là.

Quand se sera leurs derniers instants, je serai là.

Quand se sera mon dernier instant, ils seront là.

Le jour où O&R s’en iront un grand vide s’installera dans mon coeur et dans ma vie, J’aurai perdu une partie de moi.

Publicités